Président Honoraire, Fondateur du CEDIMES
1930 - 2010

 

Paris, le 6 mai 2002

 

Chers Amis,

« Dans la lignée de la pensée des mes maîtres André MARCHAL, André PIETTRE et Jean LHOMME, je croyais que la Science Economique ne pouvait être dissociée des autres sciences sociales mais, surtout, j'étais convaincu que les divers développements devaient s'ancrer dans les ensembles les plus vastes que constituent les civilisations, telle modalité de développement inhérente à une société ne pouvait généralement pas s'adapter à d'autres contextes. Je me réjouis de voir que dans son ouvrage bien connu « le choc des civilisations » HUNTINGTON retrouve une idée voisine dans ce qu'il appelle les Etats phares.

J'étais convaincu que le rôle du «Pouvoir» était essentiel dans les efforts impliqués par ces changements de société, mais surtout que la logique du Pouvoir ne pouvait se manifester que d'une manière structurelle par des seuils.

Et dans la logique de ce que j'avais cru pouvoir appeler « maximisation de la loi i/e, intérêt sur effort » au sens large du terme, bien entendu.

J'ai eu la chance dans cette entreprise d'être aidé par l'immense culture de mon ami Luc BOURCIER de CARBON et par la grande rigueur de mon autre ami, Christian LABROUSSE. De plus, il m'a été donné d'être assisté par le dynamisme de mon ami J. F. STEVENS, puis par la sagesse plus mûre et plus pragmatique du regretté Albert BESSE.

Enfin si l'un m'a donné le dynamisme et l'autre la sérénité, c'est certainement Claude ALBAGLI - qui a rempli d'ailleurs de facto la direction pendant plusieurs années - qui a apporté à ce Centre sa dimension internationale.

Alors que j'avais orienté nos efforts sur la recherche et la direction de plus d'une centaine de thèses, Claude ALBAGLI par son sens des relations, ses capacités d'orateur et d'écrivain, a donné l'assisse internationale à l'organisation.

J'ajoute pour terminer que sachant que l'expérience se transmet difficilement et que la science est diversement reçue par les générations successives, j'avais insisté sur la symbiose et la convivialité qui devaient régner entre les amis de cette organisation. Je crois que dans cette direction, nous avons particulièrement réussi.

Je souhaite qu'avec la nouvelle équipe, la même ambiance créatrice se perpétue, mais l'habitude que j'ai de travailler avec ces collaborateurs depuis plusieurs années m'en laisse augurer très favorablement et qu'ils trouvent ici l'expression de tous mes remerciement. »

Jacques AUSTRUY
Fondateur du premier CEDIMES
1930 - 2010

© 2017 CEDIMES